L’île Saint-Hyacinthe et son oratoire

L’île de 18 mètres de long a été nommée ainsi en 1852 pour souligner le passage au Domaine de Maizerets des élèves du Séminaire Saint-Hyacinthe, l’année précédente. Pendant un peu plus d’un siècle, les jeunes des colonies de vacances y ont pratiqué des pistes d’hébertisme, joué au croquet et s’y sont balancés sur des cordes à tarzan pour imiter Zorro, personnage mythique des colonies de vacances d’hier et d’aujourd’hui au Domaine de Maizerets.

On y voit des kalmias Olympic Fire, des andromède des marais, des hémérocalles, des iris versicolores et des bergenies puis quelques arbres de milieux humides comme des saules, des érables argentés, des érables rouges et des frênes. À certains moments, la lentille d’eau recouvre d’un joli tapis vert la surface de l’anneau d’eau. En plus d’être très jolie, cette espèce protège l’eau de la prolifération d’algues.

La statue de la vierge de l’assomption et son oratoire

Érigée en 1867, la première statue qui a pris place sur l’île Saint-Hyacinthe a été remplacée en 1870 par une autre, œuvre du sculpteur Léandre Parent. La statue qu’on y trouve aujourd’hui provient de l’église Saint-cœur-de-Marie, située sur Grande Allée.